Farniente

Publié le par Victor

 

Deux semaines de vacances chez mon beau- père à Romans dans la Drôme. Deux semaines de repos au milieu des enfants, des abricotiers, du ciel bleu, d'un champ de maîs et d'une piscine. Pas grand chose à faire si ce n'est faire le maître nageur, l'animateur de centre de loisir, le papa, le parrain, le beauf, le gendre et l'amateur de bonne bouffe. Normal quand il y a un véritable four à Pizza, une machine à pain, un barbecue et une glacière.  Romans c'est aussi la ville des ravioles, des caillettes et de la pogne. C'était aussi la ville de la chaussure mais ce n'est plus que de l'histoire ancienne. Le glacier patissier du coin a aussi sa spécialité que j'affectionne particulièrement: "Le Vercors" strates de meringue de glace vanille de caramel et de noix, une saloperie quand on reste inactif à végéter au bord d'une piscine,  on a tendance à fabriquer de la graisse. Finalement on comble la journée par les repas et les cuissons de dermes au bord du chlore liquide. Le chant des cigales, l'odeur de la crème solaire et la chaleur incitent à s'hydrater de Pastis que je conseille en Mauresque avec une larme de sirop d'orgeat le tout brassé par quelques gros glaçons. Ma belle soeur s'occupe en général de concocter son fameux saladier de Mojito  pour  la fraîcheur du soir. Mon beau frère, lui, c'est le spécialiste des pizzas et du barbecue agrémentés par les légumes du jardin. Difficile avec tout ça de garder la ligne que l'on avait pas déjà en arrivant. On regarde son bide et ses poignets d'amour prendre de la pesanteur, on déprime doucement au soleil et on reprend du dessert et un verre de Pastis pour se consoler et oublier le corps de sa jeunesse.

 La piscine, les abricotiers dans le fond et le champ de maîs à droite. Le seul coin à l'ombre sous le parasol qui casse ses baleines à chaque coup de vent.

 Quand je vous dit que c'est un coin paumé.

 Autoportrait du garde des côtes."Mais où est Pamela?"

Ce qu'il ne faut pas faire pour épater ses enfants.  

Vivre sans travailler me conviendrait parfaitement dans ces conditions, finalement.

L'objet du crime. "Le Vercors"

La victime.

Ses conséquences.

En plus d'être gros, je pêle.

On se passe de la crême, on rentre le ventre et on retient sa respiration, "dépêches toi de prendre la photo! "

 Panoramique de la chambre, plus grande que mon salon à Levallois.

Vue quotidienne lors de l'apéro.

Cliché volé de notre Pamela la fille au pair de mon beauf.

Mon beauf et alter ego.

Tel beauf tel fils.

Boîte de nuit le long de l'autoroute, agréable surprise et bonne ambiance.

Les 6 ans de mon Mathis.

 Mes deux kids qui profitent à fond de leur insouciance et de leur jeunesse. Ils sont heureux.

 

 

 

Publié dans victormad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Val 22/10/2006 00:43

Franchement avec Monsieur propre c'est mon préféré
 
j'adore, je sais je me répète mais tu le sais les blondes et le vocabulaire...toute mon intelligence est concentrée dans ma forte poitrine
euh...moi aussi qd je rentre le ventre on dirait une bombe, espèce de Vercors Man va!
ah oui le coup de la boule à zéro version militaire en mission c'était très fort aussi
Quant à tes pitchouns c'est que du bonheur!
Voilà j'ai TOUT parcouru et t'ai dc consacré une partie de mon samedi soir, eh oui Victor c'est çà l'amitié....lol
 
sinon toi qu'est un fan de photos tu es limité à chaque sujet, dommage on en veux tj plus qu'on est déjà en bas de page
Ringo a donc des avantages
tiens jvais en mettre  des nouvelles...
bisou doudou
Valou