Des...sins d'Ado

Publié le par Victor

Plongée nostalgique dans mes vieux dossiers, je repense aux dessins que je caressais en cours de philo, travaillé par la poussée de mes hormones. Les profs me laissait tranquille. Je les regardais de temps en temps histoire de leur faire croire que j'acquiesciais à leurs propos. Ils n'étaient pas dupes et me laissaient faire. J'ai appris  il y a quelque temps que mon prof d'Arts Plastiques au lycée Buffon, Mr CLERO était décédé. C'est ma mère qui a lu le faire-part de décés dans Libé. Un homme étrange et attachant. Il était insomniaque et vivait  dans un studio aux airs de brocante. Nous, nous étions des originaux à l'image des étudiants en Arts, des idéalistes en guenilles. J'avais les cheveux oranges, fruits d'une décoloration et d'un cataplasme au henné. Mélomane des DOORS que j'écoutais en permanence dans mon walkman je découvrais le Jazz Fusion et l'Afro Jazz.  Aprés mon BAC j'ai bossé comme Pion au lycée Victor Duruy et je continuais à dessiner pendant les gardes des permanences. C'était l'époque des "tagueurs" des virées nocturnes dans le métro avec des bombes de peintures en guise de pinceau. Je me nourrissais d'Art Nouveau avec Klimt et Schiele et d'expressionisme abstrait avec Rauschenberg. Ce n'est que par facilité que j'ai basculé ensuite vers la photographie. Le rapport avec la création était plus immédiat et me permettait d'interresser les filles narcissiques. Il m'était plus facile d'appréhender le sexe opposé à travers un viseur que du regard.

 

Publié dans victormad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article